Rechercher
  • Marine Cassoret, PhD

Évitez la déprime de Noël chez vos animaux

Le temps des fêtes est souvent problématique pour de nombreux clients, propriétaires d'animaux anxieux ou agressifs, pour qui les changements de routine et l'arrivée de visiteurs représente un véritable challenge.


Si vous aussi vous avez un animal réactif, ou avez des doutes sur son comportement, voici ce que vous pouvez faire pour l'aider:


Si votre animal suit un traitement pharmacologique pour son comportement, le temps des fêtes n'est peut-être pas le meilleur moment d'arrêter "pour voir s'il peut vivre sans".


De nombreux animaux qui font l'objet d'une intervention comportementale sont mis sous médication pour faciliter le changement dans leur comportement et surtout, surtout, maintenir leur qualité de vie. Tout sevrage doit être fait sous les recommandations du vétérinaire et uniquement lorsque le comportement de votre animal s'est nettement amélioré et est resté stable sur plusieurs semaines. Si vous prévoyez d'avoir beaucoup de visites, de déplacements ou de mettre votre animal en pension pendant les fêtes, alors cette période de l'année ne devrait pas être votre premier choix pour tout arrêter.


De plus, pour la majorité des traitements, il est nécessaire de procéder à un sevrage progressif, en observant tout changement ou dégradation dans son comportement. Ce sevrage est fait sous la supervision de votre vétérinaire, seul habilité à déterminer sa durée.


Si votre animal est particulièrement anxieux et n'est pas sous traitement, il serait préférable d'en discuter avec votre vétérinaire, et ceux quelques semaines avant les fêtes (maintenant, en fait), pour voir s'il est possible de le traiter temporairement.


Ne négligez pas le recours aux phéromones ou compléments alimentaires, en prévention.


Même en absence d'intervention comportementale, il est parfaitement possible de leur donner un "coup de main" si vous voyez que la visite ou la présence de la famille élargie semble affecter leur comportement. Du chien qui devient plus jappeux, au chat qui a tendance à uriner dans les manteaux de la visite (et si ça arrive, passez toujours par le vétérinaire pour éliminer une cause médicale sans attendre le dernier moment: les urgences en dehors des heures d'ouverture de votre clinique ça coûte beaucoup plus cher!), les phéromones (Adaptil pour les chiens, Feliway pour les chats) permettent de modifier un peu la perception de leur environnement. Notez que ces produits sont à utiliser dans des cas légers ou mieux, en prévention. Vous pouvez aussi combiner avec des nutraceutiques, ou compléments alimentaires agissant sur le comportement (Zylkène, Solliquin). Ceux qui veulent du pratique peuvent opter pour des nourritures qui les contiennent. Sinon il peut s'agir de compléments à ajouter quotidiennement aux repas. Dans tous les cas, votre équipe vétérinaire peut vous aiguiller sur les meilleurs choix.


Mettre le chien ou le chat à l'écart n'est pas toujours une punition



Ce genre d'interaction est à proscrire en tout temps quel que soit le chien.

Ceux qui ont fait des interventions avec moi m'ont souvent entendu dire: Vous êtes responsable du bien-être de votre animal. Cela implique rester attentif à ce qu'il est capable de tolérer et d'anticiper ses réactions AINSI que les réactions des visiteurs. J'ai trop souvent entendu la frustration des clients qui ont vu des semaines de travail ruiné par un invité qui refusait de les écouter lorsqu'on lui demandait de ne pas approcher le chien (ou le chat), de ne pas se pencher, de ne pas le fixer.


Parfois, si dire ouvertement "non" est trop difficile, parce que vous n'aimez pas la confrontation ou que cela risque de chambouler la trève de Noël avec les cousins, dites-vous qu'il existe des solutions pour contourner le problème!


Vous pouvez tout simplement lui réserver une aire de repos calme, à l'écart du trafic de visiteurs (chambre, etc) mais pensez à faire des changements d'organisation dans la maison quelques semaines avant. Balancer le panier du chien dans la buanderie et le mettre dedans au moment ou la famille débarque, ce n'est pas de la planification. De même, si vous avez l'impression que le chat risque d'arrêter l'utilisation de la litière parce que les invités squattent "sa" salle de bain, profitez en quelques semaines avant pour ajouter d'autres bacs dans la maison, à des endroits ou vous savez qu'il ira se réfugier. Profitez-en pour vous assurer qu'il a toujours la possibilité de fuir ou de se positionner en hauteur, hors de portée des visiteurs trop bruyants.


Si votre animal est agressif avec les visiteurs, encore une fois vous être responsable de son comportement et il vous revient d'anticiper ses réactions et le comportement des autres. Si dans les recommandations faites par l'intervenant, on demande de mettre l'animal à l'écart AVANT l'arrivée de la visite (au minimum 30 minutes avant), assurez-vous que personne n'ira par hasard ouvrir la porte de la pièce où il se trouve. Dans le doute, il est préférable de fermer la porte à clé et de garder la clé sur vous. Rappelez-vous, les invités n'écoutent pas toujours ce qu'on dit. Surtout s'ils ont bien attaqué le vin. Au pire, aller "voir si le chien va bien" peut être une super excuse pour vous permettre un break bien mérité...


Attention avec les enfants



On ne laisse jamais un enfant sans surveillance avec un chien

Les statistiques ne mentent pas - la majorité des morsures de chien sur un enfant impliquent un chien de la famille, et souvent des adultes étaient présents dans la maison mais ne surveillaient pas directement l'interaction , ou avaient totalement ignoré (souvent faute de les reconnaître) les signes d'inconfort de l'animal. Les solutions sont pourtant simples:


  • Tout chien, même bien dans sa tête, même si semble apprécier la présence des enfants, ne devrait JAMAIS être laissé sans surveillance avec eux. Par surveillance, on entend un adulte qui observe le comportement des enfants et du chien et anticipe si nécessaire en séparant tout le monde.

  • Un chien dans sa cage ne devrait pas avoir à supporter un enfant qui cherche à interagir avec lui en collant sa face contre la cage ou en passant les doigts. Si la cage est accessible aux enfants, changez-la de place. Vous pouvez ajouter une couverture vaporisée avec de l'Adaptil sur la cage, et vous assurer que le chien a de quoi s'occuper.

  • Un chien qui mange son repas, ou une gâterie, ne devrait JAMAIS être approché par un enfant. Optez pour des barrières de sécurité ou mieux, des portes fermées.

  • Un chien qui grogne ou manifeste son envie de s'éloigner ne devrait JAMAIS être puni ou forcé à tolérer une interaction avec une personne (adulte ou enfant - après tout les adultes sont sensés donner l'exemple)

  • Non, mettre une muselière au chien et le laisser dans la pièce avec les enfants n'est pas une bonne alternative. Imaginez être attaché à une chaise, un morceau de duct-tape sur la bouche et devoir tolérer un cousin bien bourré qui vous raconte ses souvenirs de chasse. Ça ne vous donnera pas plus envie de le revoir plus tard. Au mieux vous anticiperez la prochaine fois pour cogner avant qu'on vous attache...

Des documents éducatifs sont disponibles à destination des enfants (et des adultes) pour faciliter les interactions et identifier les signes d'inconfort. Pensez à les imprimer et les coller sur le réfrigérateur à portée de tout le monde! (Auteur: Dr. Sophia Yin, pour consulter son site ou avoir les versions anglaises: https://drsophiayin.com/






Conséquences à long terme


Attention, si votre animal a trouvé les fêtes difficiles à gérer, ne vous attendez pas à ce que tout rentre dans l'ordre une fois la visite repartie et les décorations de Noel rangées. Le stress et les changements de comportement qui l'accompagnent peuvent persister plusieurs jours voir plusieurs semaines. Soyez patients, ou contactez votre intervenant, afin d'aider votre animal à reprendre son rythme...




BESOIN D'AIDE?

Consultez les services offerts ici (secteur Laurentides)


Services d'intervention comportementale exclusivement à l'Hôpital Vétérinaire de la Vallée (St-Sauveur):








© Marine Cassoret